Actualité

Nov 30

Conférence internationale à Tunis sur la mise en place d'un mécanisme indépendant de suivi des droits de l'enfant

enfance5

TUNIS (TAP) - Les travaux d'une conférence internationale sur la mise en place d'un mécanisme indépendant de suivi des droits de l'enfant ont démarré, vendredi à Tunis, en présence d'experts Tunisiens et étrangers et de spécialistes en droit et dans le domaine de l'enfance.

Organisée à l'initiative du ministère des affaires de la femme et de la famille en partenariat avec l'UNICEF, cette conférence vise à sensibiliser les membres de l'Assemblée nationale constituante (ANC), les représentants des institutions gouvernementales et des ONG ainsi que tous les intervenants dans le domaine de l'enfance à l'importance de la mise en œuvre effective des droits de l'enfant en Tunisie et de les amener à s'engager et à agir efficacement en faveur de la création d'une institution indépendante de suivi des droits de l'enfant.


 

Il s'agit, également, de mieux comprendre les droits de l'enfant, de réfléchir sur les nombreux défis et problèmes en matière de suivi de l'application des droits de l'enfant, de mettre en relief la place et le rôle des différents mécanismes de mise en œuvre des droits de l'enfant et de contribuer en particulier à apporter une vision claire de la place du mécanisme de suivi indépendant des droits de l'enfant et sa complémentarité avec les autres mécanismes opérant dans le domaine des droits de l'enfant.

La conférence offrira l'occasion de présenter les expériences de certains pays qui ont mis en place ce genre de mécanismes comme la Norvège, la France, Malte, la Serbie et le Maroc.

Des ateliers thématiques figurent au programme de cette manifestation sur la participation des enfants aux mécanismes de définition, de mise en œuvre et de suivi des droits de l'enfant en Tunisie, le rôle des enfants dans la présentation de plaintes, y compris la protection des enfants victimes et témoins ainsi que les droits de l'enfant dans la constitution.

La conférence sera couronnée par une vision claire sur la mise en place d'une institution indépendante établie pour promouvoir et défendre les droits et l'intérêt des enfants.

280912 droit enfant badi

"Nous devons consacrer l'intérêt suprême de l'enfant et faire parvenir sa voix notamment quand il est sujet d'agression", a affirmé, à cette occasion, Mme Sihem Badi ministre des affaires de la femme et de la famille. "Nous ne pouvons réaliser la justice transitionnelle, l'égalité et les droits de l'homme sans consacrer les droits de l'enfant", a-t-elle soutenu.

La ministre a souligné l'importance de la mise en place d'un mécanisme indépendant de suivi afin que l'enfant puisse exprimer ses attentes et aspirations et dénoncer les violations.

"Cette structure veillera à la préservation des droits de l'enfant à la protection, à l'éducation, à la santé, à l'enseignement et renforcera son rôle au sein de la famille et de la société", a précisé Mme Badi.

"Une enfance saine est le garant d'un projet sociétal sain", a déclaré, pour sa part, M. Arbi Abid, deuxième vice-président de l'ANC.

"Malgré que la Tunisie dispose d'un arsenal juridique important dans le domaine de l'enfance, le volet institutionnel connaît plusieurs lacunes, d'où la nécessité de mettre en place des mécanismes et des programmes appropriés pour garantir l'application de la loi", a-t-il fait savoir.

M. Abid a indiqué que le projet de la création d'une instance indépendante des droits de l'enfant permettra de palier aux insuffisances grâce à la coordination entre toutes les parties concernées. Il a, en outre, mis l'accent sur la nécessité de réduire les écarts entre les enfants en milieu urbain et ceux en milieu rural.

280912 droit enfant dilou

De son côté, Samir Dilou, ministre des droits de l'homme et de la justice transitionnelle a souligné que l'affaire de la jeune fille violée par deux policiers est venue attirer l'attention de tous sur la nécessité de renforcer la protection des catégories fragiles notamment les femmes et les enfants.

"Il faut du temps et des efforts pour renforcer la protection des citoyens de manière générale et des femmes et des enfants en particulier", a-t-il fait savoir. Il a mis l'accent sur la nécessité de constitutionaliser les droits de l'enfant et réformer le cadre juridique et institutionnel, soulignant l'importance de garantir l'indépendance de l'instance supérieure des droits de l'enfant.

Maria Luisa Fornara, représentante de l'UNICEF en Tunisie a souligné que les Etats membres ayant signé la convention internationale des droits de l'enfant, dont la Tunisie, ont une obligation d'exécution et de mise en œuvre des mesures pour le bon fonctionnement des services sociaux, des soins de santé et d'une justice adaptée aux enfants.

Elle a rappelé que le comité international des droits de l'enfant a appelé la Tunisie à envisager la mise en place d'une institution indépendante de suivi des droits de l'enfant chargée de défendre et de promouvoir les droits des enfants dans le but de favoriser l'accélération de l'application de la convention onusienne.

Mme Fornara a indiqué que l'UNICEF accueille favorablement le projet d'inscrire dans le texte de la constitution un article sur les droits de l'enfant et souligne l'importance de reconnaître explicitement dans cet article les principes fondamentaux des droits de l'enfant.

Il s'agit, essentiellement, de reconnaître que l'enfant est un sujet jouissant, sans aucune discrimination de tous les droits prévus dans la législation nationale et les conventions internationales ratifiées par la Tunisie, que l'intérêt supérieur de l'enfant doit être pris en considération dans toutes les lois, procédures et décisions le concernant et que la participation active des enfants, filles et garçons, dans tous les aspects de leur vie doit être garantie.

Cette proposition a été prise en compte par l'ANC, a déclaré à la TAP, Meherzia Laâbidi, première vice-présidente de l'ANC.

"Nous veillerons, également, à garantir la protection des droits de l'enfant dans le préambule même de la constitution mais l'important demeure dans la mise en œuvre de ces droits par le pouvoir exécutif.

Dans un message adressé aux participants à cette conférence, Jean Zermatten, président du Comité international des droits de l'enfant a souligné que le mécanisme indépendant de suivi est un mécanisme de protection destiné à surveiller l'action des autorités, à veiller au respect des droits de l'enfant et à dénoncer les atteintes dont ils font l'objet.

"La mise en place d'une telle institution constitue un engagement de la Tunisie dans la reconnaissance et la mise en œuvre des droits de l'enfant et témoigne de l'acceptation par l'Etat de rendre des comptes au sujet de ses engagements", a-t-il fait savoir.

Les travaux de cette conférence se poursuivront pendant deux jours.

source: lien

Contactez nous !

  • Tél: 216 71 288 382
  • Adresse: 18 rue Egypte Lafayette Tunisie
  • Mail: Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.
  • Compte bancaire: 01011053111200297119 : banque ATB - agence de la Liberté