Actualité

Nov 30

Vers la constitutionnalisation des droits de l’enfant

Vers la constitutionnalisation des droits de l’enfant

 

Constitutionnalisation-des-droits-de-lenfant-680x350

« La population tunisienne est constituée à plus de 47% de jeunes de moins de 24 ans, vulnérables à la violence physique et à la manipulation psychologique, et il importe de les prendre en considération dans la rédaction de la loi sur la justice transitionnelle ».

Tel est l’appel lancé par le Centre international pour la justice transitionnelle (ICTJ), lors d’un atelier de travail, organisé aujourd’hui 22 octobre 2012, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’UNICEF.

Ce worksop, dont le thème est « L’enfance et la jeunesse dans le processus de la justice transitionnelle en Tunisie », a été également l’occasion pour de nombreux participants – présidents d’associations de l’enfance, avocats, psychologues et universitaires – d’identifier des possibilités de partenariats entre les organisations internationales et la société civile en Tunisie, pour préserver la jeunesse contre toutes les formes de violence exercée particulièrement à l’encontre des enfants et des adolescents.

Dans ce sens, le représentant adjoint de l’UNICEF en Tunisie, Georges Gonzalez, a déclaré, lors de l’ouverture, que « les enfants vivent la violence et les conflits différemment des adultes, leur jeune âge les rend plus vulnérables à la violence des changements politiques et sociaux et déstabiliserait le reste de leur vie ».

A cet effet, Virginie Ladisch, directrice du département Enfance et Jeunesse à l’ICT aux USA, a souligné que les violations  qui touchent aux enfants devraient être traitées par les commissions de vérité, lors d’un processus de justice transitionnelle. D’autant plus que l’enfant est la raison d’être et le point de départ de toute société.

Il s’agit ainsi, de l’intérêt supérieur de l’enfant, un des principes essentiels qui sous-tendent les lignes directrices en matière de justice, dans les affaires impliquant des enfants victimes et témoins d’actes criminels.

Il faut savoir que le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant est déjà inscrit dans la législation tunisienne. De ce fait, la constitutionnalisation des droits de l’enfant est essentielle, afin qu’il soit considéré non comme objet d’assistance, mais comme un sujet de droit.

source: lien

Contactez nous !

  • Tél: 216 71 288 382
  • Adresse: 18 rue Egypte Lafayette Tunisie
  • Mail: Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.
  • Compte bancaire: 01011053111200297119 : banque ATB - agence de la Liberté